De la complexité d’une langue à la facilité de son apprentissage

panneau-langues

 

Anthropologues, archéologues, généticiens, linguistes, il y a autant d’illustres intellectuels que d’études qui s’affrontent encore sur les origines des langues pour comprendre d’où nous vient ce fabuleux outil qu’est le langage. En partant du postulat que la communication structure les peuples et la vie de tous les jours, impossible de nier toute la magie de la parole. L’apprentissage d’une langue s’inscrit alors pleinement dans cette envie d’échanges. Échanges avec les autres que l’on souhaiterait avoir le plus rapidement possible quand on débute. Et pour cela, je vais vous démontrer qu’en 3 petits mois seulement il est possible de communiquer dans une langue étrangère. Suivez le guide, c’est d’une logique infaillible !

 

Histoire et Linguistique

Historiquement parlant, les chercheurs hésitent encore sur une date fixe quant à l’émergence du langage. Pourtant, ils sont tous d’accord sur le fait que cette aptitude est clairement inscrite comme un tampon indélébile dans notre patrimoine génétique et ce, depuis plus de 2 millions d’années. Fait incroyable, bien que cette séquence de l’ADN soit en nous tous, les chercheurs ne sont toujours pas en accord sur la théorie de la monogénèse qui validerait l’existence d’une langue commune avant la naissance des 6 000 langues actuelles. En écartant cette idée sur laquelle nous ne débattrons pas, on considère que, plus communément, c’est bien par le mimétisme et les interactions avec la communauté à laquelle l’homme appartient que celui-ci forme inconsciemment son langage dès son plus jeune âge.  

Laissons de côté l’Histoire, et passons maintenant aux neurosciences. Il est admis que le cerveau des tout-petits est un instrument hors-norme dans le sens où celui-ci a une capacité d’adaptation et d’évolution incroyables. Jusqu’à environ l’âge de 3 ans, l’enfant acquiert les sons, le vocabulaire, et finit par maîtriser aisément la syntaxe. C’est par la répétition et l’analyse des comportements des adultes face aux sons qu’il émet, que l’enfant commence petit à petit à attribuer du sens à chacun des mots ou des syllabes utilisés. Petit à petit, son lexique personnel se crée et reste dans sa mémoire pour aller de plus en plus loin jusqu’à la création des phrases. Magique !  

 

Langue maternelle et langue apprise

Les sons acquis dès les premiers mois du foetus, qui deviendront par la magie du cerveau des phrases d’humains plusieurs années plus tard, constituent ce que l’on appelle la langue maternelle. La première que l’on apprend, celle dans laquelle on a “baigné” au temps du liquide amniotique. C’est également la langue de la mère. Celle qui nous aide aussi à faire nos premiers pas dans la Vie. Puis, vient le temps du passage obligatoire de l’apprentissage d’une langue autre. 

N’ouvrons pas le débat sur les méthodes utilisées pour ne serait-ce qu’intéresser les jeunes adolescents à communiquer dans la langue de Shakespeare et leur faire réaliser que cette aptitude nouvelle pourrait les aider à mieux intégrer les derniers tubes de Drake ou bien comprendre les subtilités de la série Stranger Things. Mais restons sur les différences entre ces deux langues. Et là, je vais peut-être bousculer tous vos à-priori mais lisez-bien cela : il n’y en a pas ! Nada ! Aucune différence !
Vous allez en effet vous retrouver dans le même cas qu’un enfant qui va essayer de communiquer avec son entourage. Vous allez bafouiller, utiliser des sons et des onomatopées, des gestes, bref, tout ce qui est à votre portée sans avoir de phrases complexes à faire. Vous allez vous retrouver dans la peau d’un enfant et ce sera la première étape à franchir : vous jetez à l’eau !

L’apprentissage d’une langue va rester plus ou moins le même à la différence près que vous allez composer ce méli-mélo avec votre cerveau d’adulte et que du coup vous allez apprendre à parler plus vite qu’un enfant. Votre but premier étant de communiquer, vous savez pertinemment que pour cela vous n’allez pas avoir besoin des 30 000 mots pour bien débuter. Votre objectif initial ne va pas être de pouvoir débiter une oeuvre complète de Shakespeare ou de regarder un film d’Almodovar sans sous-titre du début à la fin, juste celui de communiquer. C’est clair que ça enlève un sacré poids ! Parce-qu’au fond votre véritable objectif sera l’échange et pour cela il y a une méthode imparable qui vous permettre d’atteindre ce Graal en 3 petits mois seulement ! 

 

Simplicité de l’apprentissage d’une langue

Une langue se compose de 3 points bien distincts : le vocabulaire, la grammaire et la prononciation. Sans savoir faire de phrase, il est tout de même possible de communiquer avec ses semblables. C’est donc sur le vocabulaire que l’apprentissage d’une langue doit se concentrer en tout premier lieu afin d’être capable d’avoir des premiers échanges dans la langue secondaire.

Les scientifiques s’accordent à dire que 30 000 mots c’est le nombre de mots moyen qu’un homme éduqué a dans sa « boîte à outils » de langue maternelle.  Pourtant, tous sont d’accord sur le fait que seulement 600 mots sont utilisés quotidiennement ! Autant dire une broutille par rapport à la database que l’on possède dans notre cerveau. Alors une question se pose : pourquoi vous ennuyer à apprendre un vocabulaire bien trop riche quand seulement 600 mots vous suffiraient à échanger avec les autres et quand environ 3 000 maximum vous permettraient de maîtriser au top une langue étrangère ? 

Vous commencez à comprendre la logique ? Voici donc votre base de travail : commencer à  intégrer ces premiers mots qui marqueront votre envol pour la suite en vous débarrassant de toutes ces premières émotions négatives que l’on peut avoir face à l’apprentissage d’une langue. Grâce à ce que j’appelle le kit de survie qui répertorie les mots les plus utilisés et que vous allez télécharger ici, vous commencerez à apprendre intelligemment, efficacement et rapidement. A chaque nouveau mot de cette liste, apprenez-le, notez-le et réutilisez-le dès le lendemain pour que votre cerveau l’intègre une bonne fois pour toutes. Si vous suivez cette méthode d’apprentissage du vocabulaire courant, en 3 mois vous pourrez échanger sans problème et vous serez paré pour passer aux étapes d’après qui s’appellent grammaire et conjugaison. Mais avant cela : parlez, parlez et parlez !

 


Pour aller plus loin :

Laissez un commentaire





%d blogueurs aiment cette page :