Comment vaincre votre stress de parler anglais ?

Apprendre l’anglais est pour beaucoup d’entre nous relativement facile. Là où ça devient plus compliqué, c’est quand il faut sortir la tête des bouquins et s’exprimer. Anxiété, sueurs froides, mains moites, impossibilité de parler… Tous ces symptômes révèlent un phénomène bien connu : le stress de parler anglais. Vous en souffrez, vous aussi ? Cet article est là pour vous aider à surmonter tout ça et être tout à fait à l’aise quand vous parlez une langue étrangère.

Première étape : comprendre votre stress de parler anglais

La première chose à faire est de chercher les raisons pour lesquelles vous ressentez du stress de parler anglais.

Rassurez-vous, ce sentiment est légitime. Vous n’êtes pas seul dans ce cas. Un baromètre de la CFE-CGC a ainsi révélé que près de 71% des cadres utilisent l’anglais au travail. Parmi eux, 45 % considèrent les moments où ils doivent s’exprimer dans la langue de Shakespeare comme stressants.

Ce stress de parler anglais vient en réalité d’une peur de l’échec et du mauvais jugement qui en découle, héritages de notre super système scolaire.

stress de parler anglais

Résultat : vous préférez ne pas parler anglais plutôt que de voir tous vos collègues hilares à la moindre erreur. Vous vous demandez même s’ils ne l’attendraient pas, la petite erreur de grammaire ou de vocabulaire, tels des hyènes assoiffés de sang. Après tout, cela ne ferait que redorer leur blason auprès du boss !

Bon OK, j’en rajoute peut-être un peu. Mais tous ceux qui travaillent en entreprise ont bien compris, n’est-ce pas ?

Donc, pour résumer : nous avons grandi dans un système qui ne laissait pas la place à l’erreur. Pire, qui la condamnait. Conséquence : nous ressentons du stress de parler anglais, ou plus généralement, dès que nous sortons de notre zone de confort.

Une solution ? Oui. Une parmi d’autres.

Et je vais vous la donner tout de suite.

Vaincre la peur de parler anglais en travaillant son accent

Les étrangers en France vous le diront régulièrement, il est très facile d’identifier un Français qui s’exprime dans une langue étrangère. Il se caractérise par les « r » qu’il ne réussit pas à rouler en espagnol, ou ce pauvre « th » en anglais, qui se transforme généralement en un « zeu » difficilement supportable pour l’oreille anglophone.

Pas de quoi en faire un fromage me direz-vous !

Oui, du moment que ça ne gêne pas la compréhension. (Dans certains cas, votre accent frenchy vous aidera même à faire de belles rencontres, si vous voyez ce que je veux dire 😊 !!!). Mais bon, il y a un minimum syndical à respecter tout de même.

Alors, pourquoi travailler votre accent et en quoi cela aide à surmonter le stress de parler anglais ?

Premièrement, pour bien vous faire comprendre. Logique, vous allez me dire.

Deuxièmement, pour gagner en confiance et vous aider à oser.

Bah oui, parler anglais avec un accent exceptionnel aura un impact, non seulement sur la façon dont les autres perçoivent votre niveau d’anglais, mais aussi sur votre propre perception de votre apprentissage.

stress de parler anglais

Avec un bel accent, vous aurez plus confiance en vous. Cela vous donnera l’envie de persévérer et de pratiquer. Et plus vous pratiquerez, plus votre niveau s’améliorera. Et plus vous verrez les progrès que vous faites, plus vous serez fier. Bye bye le stress de parler anglais en réunion.

Et tiens, prenez ça dans les dents, chers collègues !

Bon alors, comment on fait pour travailler son accent ?

Entraînez-vous à écouter et à reconnaître les sons

On ne cessera jamais de répéter qu’apprendre une langue étrangère ne se résume pas à une affaire de vocabulaire et de grammaire. Le meilleur moyen pour apprendre une nouvelle expression ou un nouveau mot est de l’écouter.

S’exposer volontairement aux tonalités de la langue que vous étudiez (via la radio ou la télévision) est un excellent entraînement. Au fur et à mesure que les sons sont entendus, ils sont plus faciles à reproduire.

Intégrez donc le plus possible la langue anglaise dans votre vie quotidienne, en écoutant des podcasts, de la musique, ou tout simplement les infos en anglais.

Observez les natifs parler

stress de parler anglais

La première chose que vous avez à faire pour améliorer votre accent et vaincre votre stress de parler anglais est et de vous focaliser sur la diction d’une personne native. Regardez attentivement ses lèvres et le mouvement de sa langue au moment de prononcer telle ou telle syllabe.

Misez tout sur l’oral

Une fois que vous avez repéré ces nouveaux sons, misez tout sur l’oral et répétez-les. Autant de fois que nécessaires pour bien les apprivoiser.

Une autre astuce de language hackers : lisez à voix haute dès que vous le pouvez. Des articles de magazines, des blogs, ou des livres en version originale. Vous pouvez même vous enregistrer. Ainsi, il sera plus facile de vérifier que vous prononcez les sons difficiles comme un locuteur natif.

Concentrez-vous sur la position de la langue. Ce paramètre est extrêmement important pour améliorer son accent et ainsi vaincre son stress de parler anglais.

L’hypnose au secours de votre accent

Saviez-vous que l’hypnose ou l’auto-hypnose peut vous aider à apprendre une langue ?

Et bien, cette technique est également très utile pour travailler un accent médiocre.

Concrètement, l’hypnose va rendre votre cerveau plus réceptif. Cette méthode vous remet dans un état d’esprit identique à celui d’un enfant qui apprend. Et les résultats sont tout simplement bluffants.

Le but d’une séance d’hypnose est de vous amener à visualiser votre objectif (avoir un bel accent anglais), ainsi que la solution, pour vous permettre de débloquer cette anxiété qui vous empêche de parler.

Pour plus de détails sur l’utilisation de l’hypnose dans l’apprentissage d’une langue, voici une vidéo à voir absolument :

 

3 exercices pour surmonter la peur de parler anglais

Pour ceux d’entre vous qui se disent que travailler son accent pour éradiquer le stress de parler anglais n’est pas suffisant, je vous donne 3 exercices hyper simples à faire.

C’est un travail de fond qui vous permettra d’être plus à l’aise en public d’une manière générale.

Exercice n°1 : parlez devant une caméra

Apprenez un petit texte en anglais, en allemand, en espagnol ou ce que vous voulez sur le sujet de votre choix, enclenchez votre caméra et commencez à parler.

Dans un second temps, regardez-vous. Repérez les moments où vous avez des blocages et retravaillez-les.

Faites cela pendant quelques jours avec des textes différents à la fois (bah oui, sinon c’est pas du jeu, pardi !)

Exercice n°2 : faites volontairement 1 erreur par jour

Nous sommes conditionnés dans l’idée que l’erreur est fatale. Que dis-je ? Mortelle.

stress de parler anglais

Avec les collègues, entre amis, dans notre propre famille, nous voulons toujours montrer notre meilleur visage et ne pas commettre de faux pas.

Ce que je vous propose, c’est de vous lâcher. De relâcher la pression. De vous FAIRE DU BIEN quoi !

Pour cela, vous allez devoir commettre 1 erreur par jour. Dans le domaine que vous souhaitez.

Exercice n°3 : Parlez-vous à voix haute

Pour en finir avec le stress de parler anglais et être enfin à l’aise, il vous faut acquérir des automatismes, ceci afin de ne plus être paralysé au moment où quelqu’un vous dira quelque chose.

Pour cela, je vous propose de tenir, quand vous avez un moment de libre, ce que j’appelle des « auto-conversations ».

Je m’explique.

Vous allez jouer le rôle de 2, 3, 4 interlocuteurs et vous allez vous parler. Mais ce n’est pas tout. Vous allez aussi vous questionner, vous répondre, vous exclamer, tout cela en va-et-vient et en essayant de ne pas trop réfléchir.

Oui, je sais, dis comme ça, ça fait un peu flipper, mais ça marche. C’est ça qui compte au final, non ?

 

Avec ces méthodes de language hacking, pas de doute, vous ne vous laisserez plus jamais envahir par votre stress de parler anglais.

Allez, à plus pirates,

Pratiquez votre polonais et votre anglais grâce à cette interview de Miriam Polak​, polyglotte rencontrée à la Polyglot Conference en 2016 :

 

Laissez un commentaire





%d blogueurs aiment cette page :