Skip to content

Apprendre Le Russe Facilement : La Méthode

Apprendre le russe ou une autre langue à déclinaisons comme l’allemand ou le polonais requiert une approche bien particulière. Nouvelles notions, grammaire complexe… Tous ces concepts absents de votre langue maternelle ou d’autres langues que vous avez apprises peuvent à première vue être un peu effrayant voire handicapant au moment de communiquer. Si vous souhaitez parler le russe de manière spontanée et naturelle, sans vous prendre la tête, je vous donne un outil super efficace dans cet article.

Apprendre le russe : no stress !

La première chose lorsque vous souhaitez apprendre le russe est de ne surtout pas vous frustrer à la moindre erreur. Quoique l’on en dise, les langues à déclinaisons sont assez complexes à appréhender pour nous, francophones. Alors, des erreurs, vous allez en faire, c’est sûr. Vous en ferez même beaucoup. Vous devez simplement accepter le fait que vous êtes débutant et que vous n’allez pas maîtriser cette langue étrangère en quelques semaines, même avec la meilleure formation en langues du monde.

Ne vous préoccupez pas des déclinaisons, laissez-les dans un coin de votre tête. Même si vous faites des erreurs grammaticales, on s’en fiche. Ne vous prenez donc pas la tête avec les cas. Au début, c’est déjà super de pouvoir faire des phrases avec des mots dans le bon ordre. Insérez le cas que vous pouvez, la déclinaison que vous pensez juste sans vous prendre la tête.

apprendre le russe

Pourquoi je vous donne ce conseil ?

Tout simplement pour que vous ne ralentissiez pas votre apprentissage à cause de ces petits détails. Vouloir apprendre le russe est un super projet de langues, vous avez la motivation, ne la laissez pas s’envoler pour si peu.

Quand apprendre les déclinaisons ?

Une fois que vous maîtrisez les bases de la langue, que vous parlez de manière assez naturelle, là seulement vous pourrez vous focaliser sur les déclinaisons. Parce qu’il ne faut pas se bercer d’illusions non plus, apprendre le russe sans, à moment ou à un autre, apprendre les déclinaisons, n’est pas très sérieux. Il faut juste ne pas s’y mettre trop tôt.

Comment saurez-vous que c’est le bon moment pour vous lancer ?

Quand vous réaliserez, au moment où vous parlez, que vous faites des erreurs de déclinaisons. Vous serez parvenu à un niveau assez élevé pour avoir une bonne compréhension de la structure de la langue. Ainsi, faire des erreurs de cas vous frustrera naturellement.

Comment apprendre les déclinaisons ?

La méthode des questions selon Adrien Jordan

Le but, c’est de comprendre quel cas appliquer et à quel moment. Pour cela, on va se servir de questions.

Ainsi, en fonction de la question que vous allez poser, vous saurez quel cas utiliser.

Je vous donne un exemple.

La jeune fille mange une pomme.

Vous allez vous demander : « Qui mange une pomme ? » → la jeune fille. Jeune fille est au nominatif.

« La jeune fille mange quoi ? » → une pomme. Pomme est à l’accusatif.

Voici un récapitulatif des cas en russe ainsi que les questions qui s’y rattachent :

  • Nominatif : pour le sujet (qui ?) ;
  • Accusatif : pour le COD (quoi ?) ;
  • Datif : pour le COI (à qui, à quoi, de qui, de quoi ?) ;
  • Génitif : pour la possession (de qui, de quoi ?) ;
  • Locatif : où ?
  • Instrumental : avec qui, avec quoi ?

Mais bon, vous me connaissez bien maintenant. Vous savez que j’ai toujours un truc pour hacker l’apprentissage des langues. J’ai donc développé une méthode pour tous ceux qui veulent apprendre le russe autrement.

L’auto-hypnose pour apprendre le russe

L’auto-hypnose va faire en sorte que votre cerveau se pose automatiquement ces questions. Vous maîtriserez le mécanisme des déclinaisons sans même vous en rendre en compte.

Comment faire concrètement ?

apprendre le russe

Vous essayez de représenter métaphoriquement sur un dessin la situation actuelle. C’est-à-dire : ce qui se passe quand vous essayez de décliner aujourd’hui en tant qu’élève désireux d’apprendre le russe.

Ensuite, vous allez faire un deuxième dessin en tentant de représenter comment ce serait dans votre cerveau dans le cas d’une situation idéale pour vous, c’est-à-dire : la maîtrise automatique du mécanisme des déclinaisons. Inutile de vous appliquer, ce n’est pas un concours de graphisme. Personnellement, je représente souvent mes blocages comme des sacs de nœuds dans ma tête, avec des couleurs vives.

Troisième étape : en état d’hypnose, vous visualisez votre premier dessin, puis rangez tout mentalement, de façon à arriver à quelque chose de très ordonné, comme sur le dessin numéro 2.

Pour finir, vous allez sortir de transe et être attentif à tous les changements qui vont s’opérer quand vous parlerez russe le jour même, le lendemain, les jours suivants, etc.

L’auto-hypnose pour apprendre le russe, l’allemand, ou tout autre langue n’est pas seulement une méthode qui fonctionne, elle donne des résultats absolument extraordinaires. Je l’utilise moi-même assez régulièrement et je m’étonne toujours de la facilité avec laquelle je maîtrise la grammaire, la syntaxe ou le vocabulaire d’une langue étrangère.

 

Voilà les amis, vous savez tout. Apprendre le russe devrait être une formalité pour vous maintenant. N’hésitez pas à partager vos expériences et d’autres méthodes de language hacking que vous auriez utiliser pour apprendre toutes ces langues un peu complexes.

 

Allez, à plus pirates,

 

1 commentaire

  1. […] j’étais sur le mandarin, l’hébreu, le russe, le japonais, l’arabe… Et effectivement, le provençal, non pas du tout. Et alors, […]

Laissez un commentaire





%d blogueurs aiment cette page :